• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer
Chenilles processionnaires du pin sur pin d'alep.. © Inra, Jean-Claude Martin

Adaptation et santé animale et végétale

Action Internationale PCLIM - Réseau euro-méditerranéen de recherches sur la réponse adaptative au changement climatique des processionnaires et de leurs organismes associés

Le but du projet concernant ces ravageurs forestiers, qui sont aussi hautement urticants pour l’Homme et les animaux domestiques, est de regrouper dans un réseau  les chercheurs de toutes les disciplines concernées (entomologistes, généticiens, écologistes, mathématiciens, épidémiologistes vétérinaires et médicaux, immunologistes et dermatologistes) d’Europe, Afrique du Nord et Asie Mineure. L’objectif est de développer des études en commun combinant aspects entomologiques, sanitaires et de modélisation prédictive de la distribution de ces insectes, et de définir les zones à risque sanitaire sous différentes hypothèses de changement climatique.

Mis à jour le 02/03/2015
Publié le 10/10/2014

La processionnaire du pin est une des quelques espèces d’insectes pour lesquelles le rôle du changement climatique dans l’expansion des populations en latitude et altitude a été clairement établi. A ce titre, elle a été retenue par le GIEC comme modèle pour l’étude des réponses adaptatives des insectes au changement climatique. Le développement larvaire s’effectuant en hiver, la hausse des températures hivernales induit une survie significativement plus importante des populations. Les limites thermiques qui bornaient l’aire de distribution ont ainsi été levées depuis la fin des années 1990 pour une grande partie de l’Europe. L’insecte a ainsi naturellement progressé de plus de 100 km en 20 ans en France, mais des introductions accidentelles par l’Homme ont aussi permis à des populations isolées de s’établir largement au-delà du front d’expansion naturelle (eg., en Alsace). L’expansion a amené les larves urticantes de cette espèce à coloniser des zones semi-urbaines et urbaines, et de ravageur forestier l’espèce est devenue une menace sanitaire pour l’Homme et les animaux domestiques.

Carte du front nord d’expansion de la processionnaire du pin en Europe (en rouge : limite de présence ; en vert : absence de l’insecte certifiée en 2012). © Inra, A Roques & C. Robinet
Carte du front nord d’expansion de la processionnaire du pin en Europe (en rouge : limite de présence ; en vert : absence de l’insecte certifiée en 2012) © Inra, A Roques & C. Robinet

Néanmoins, les recherches précédemment menées sur la processionnaire du pin ont quasi-systématiquement dissocié les études écologiques et sanitaires, rendant impossible une approche intégrée prenant en compte la variabilité des populations de l’insecte et celle des réponses de l’Homme et des animaux domestiques. En particulier, une forte inconnue reste sur les processus d’adaptation en jeu dans les populations de zone d’expansion, et notamment sur les capacités urticantes en comparaison des performances de vol et de résistance au froid. Parallèlement, la réponse au changement climatique des autres espèces de processionnaires du pin à développement estival et du chêne reste méconnue.

L’objectif de PCLIM a donc été de regrouper dans un même réseau les chercheurs de toutes disciplines de l’ensemble de l’Europe afin d’avancer vers des études en commun combinant aspects entomologiques, sanitaires et de modélisation prédictive, en particulier pour définir les zones à risque sous différentes hypothèses de changement climatique à venir. La constitution de ce réseau a pu être actée par 64 collègues de 20 pays différents, lors d’une réunion internationale de lancement tenue en Corse en Octobre 2011. Depuis, le réseau a pu s’est élargir à 85 collègues de 26 pays, regroupant ainsi la majorité des acteurs impliqués en Europe du Sud, Afrique du Nord et Asie Mineure.

L’activité a tourné autour de 3 axes :

  • Préparation d’un ouvrage de synthèse actualisant toutes les connaissances sur les processionnaires (histoire naturelle, écologie, génétique et phylogéographie, changements de distribution avec le réchauffement, impact forestier, écologique, et sur la santé humaine et animale, modélisation prédictive de l’expansion en relation avec les scénarios climatiques, et méthodes de gestion adaptées à cette situation d’expansion). Associant plus de 50 auteurs du réseau, le manuscrit de cet ouvrage est achevé et devrait être publié à l’été 2014 par QUAE/ Springer Editions sous forme papier (ca. 400 pages) et électronique.
  • Réalisation d’une carte du front d’expansion nord de la processionnaire du pin sur toute l’Europe, de la Bretagne à la Bulgarie, sur une grille de maille 16x16 km. Cette carte a été achevée, et précise les zones récemment envahies avec le changement climatique. Elle constitue ainsi une base de référence standardisée pour mesurer le rythme de l’expansion à venir, et apprécier si les processus adaptatifs sont identiques à l’Ouest et à l’Est de l’Europe (Balkans et Asie Mineure). Une démarche similaire est prévue pour le Maghreb afin de voir si une rétraction s’opère ou non au sud de l’aire.
  • Publications de « Newsletters » incluant la description de projets de recherches, thèses, articles ISI ou en langue nationale sur les processionnaires.

Une nouvelle conférence internationale est prévue à l’automne 2014.

Contact(s)
Contact(s) scientifique(s) :

Département(s) associé(s) :
Écologie des forêts, prairies et milieux aquatiques