• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer
Chenilles processionnaires du pin sur pin d'alep.. © Inra, Jean-Claude Martin

Adaptation et santé animale et végétale

Projet CC-EID - Changement climatique et risque d’émergence de maladies infectieuses zoonotiques dans les agro-écosystèmes forestiers et cultivés

Les conséquences du changement climatique sur les maladies vectorielles et les enjeux socio-économiques associés sont considérables. Identifier les liens entre le climat et les épidémies de maladies vectorielles, et la traduction de ces informations dans une politique de santé publique reste donc un défi majeur.

L’objectif du projet est à la fois de mettre en place un réseau d’observatoires sur l’activité et la dynamique des populations des vecteurs (tiques) et des réservoirs d’agents pathogènes (rongeurs) sur une longue période et de développer des modèles associés de prévision des risques.

Mis à jour le 23/03/2015
Publié le 10/10/2014

Les conséquences du changement climatique commencent à être perceptibles, par exemple avec l’expansion des maladies vectorielles et des vecteurs vers des latitudes et altitudes plus élevées. Les enjeux socio-économiques qui en découlent sont considérables. Les arthropodes hématophages sont actuellement responsables de plus de centaines de millions de cas de maladies humaines ou animales. L’impact sanitaire et économique des maladies transmises par les tiques et les rongeurs reste mal estimé alors que les tiques transmettent de nombreux agents pathogènes et que l’on assiste en Europe à l’augmentation des zoonoses à tiques.

Identifier les associations entre le climat, plus particulièrement la séquence météorologique, et les épidémies de maladies vectorielles, et la traduction de ces informations dans une politique de santé publique reste donc un défi majeur.

L’enjeu du projet est à la fois de mettre en place un réseau d’observatoires sur une longue période et de développer des modèles de prévision du risque intégrant l’effet de la météorologie sur l’activité et la dynamique des populations de vecteurs.

CCEID - illustration. © Inra, CCEID
CCEID - illustration © Inra, CCEID

Les observations nous permettrons d’étudier l’activité de vecteurs (rongeurs et tiques) en fonction de la saison, du biotope, de la composition en espèces et du climat. Elles pourront servir de point de départ pour des études à long terme sur le changement du climat et de l’occupation du sol. La comparaison des données observées et des simulations permettra d’améliorer les modèles de prévision.

A l’heure actuelle, les relations entre météorologie et activité de vecteurs ne sont que partiellement connues et nécessitent d’être étudiées afin de pouvoir mieux identifier les risques dans un premier temps et de proposer une meilleure adaptation dans un second temps.

Méthode

La première étape consistera à réaliser un inventaire des séries chronologiques actuelles à moyen ou long terme sur les tiques et les rongeurs en France et à les comparer avec des simulations rétrospectives à partir de données météorologiques correspondantes en utilisant des modèles déjà existants.

La seconde étape portera sur la mise en place d’observatoires à long terme pour la dynamique des tiques et des rongeurs. Des échantillonnages pour la recherche d'agents pathogènes seront réalisés en parallèle.

La troisième étape se focalisera sur l’adaptation ou la construction de nouveaux modèles pour la dynamique des populations de tiques et de rongeurs prenant en compte les données météorologiques et climatiques actuelles et futures. Les observations de terrains seront scindées en deux pour servir à la fois pour améliorer le modèle et pour le valider. Des simulations de la dynamique de tiques et les rongeurs seront réalisées pour différents scénarios du changement climatique.

La quatrième étape portera sur la diffusion des résultats entre les différents acteurs du projet autour des liens entre le climat et la dynamique de la population des tiques et des rongeurs en relation de santé humaine et animale.

Durée: 2 ans (2014 - 2015)

Contact(s)
Contact(s) scientifique(s) :

Département(s) associé(s) :
Santé animale