• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer
Biodiversité d'une prairie. Prairie naturelle de montagne d’Auvergne. ,Dans la nature, il existe une grande diversité de plantes sauvages. Les prairies permanentes peuvent associer jusqu’à 60 à 70 espèces différentes. Observer les prairies pour comprendre les interactions « plantes - herbivores - micro organismes » du sol dans la perspective d’une meilleure complémentarité entre maintien ou restauration de la qualité du milieu et renforcement de la qualité de l’alimentation des troupeaux dans des territoires ruraux fragilisés.,La prairie apparaît comme un milieu forgé par sa richesse en éléments minéraux disponibles (naturellement ou provenant de la fertilisation) et par le mode d’intervention (pâturage et fauche) des animaux. Ce sont les deux leviers qui peuvent être utilisés pour modifier la composition botanique et les performances, en termes de quantité et de qualité, afin de mieux répondre aux exigences nouvelles.,. © Inra, TOILLON Sylvie

Adaptation et biodiversité

Projet PERPHECLIM - Evolution de la phénologie des espèces pérennes face au changement climatique

L’adaptation des espèces pérennes (forêt, fruits et vignes) aux conditions climatiques futures doit être anticipée longtemps à l'avance. De plus, la phénologie des plantes est un bio-indicateur du changement climatique et une caractéristique principale de la capacité des espèces à s'adapter à ces changements. L'évolution observée des stades phénologiques des différentes espèces au cours des dernières décennies a fourni un moyen de mesurer l'ampleur du changement climatique et d’évaluer ses conséquences à moyen terme sur le développement des plantes, leur croissance et / ou la qualité des fruits.

Le projet PERPHECLIM vise à mettre en place l'infrastructure nécessaire à l’observation, l’archivage des données et la modélisation de la phénologie des différentes espèces pérennes d’intérêt pour l’INRA. Cette infrastructure commune aux différentes filières, permettra de partager les connaissances, la gestion des données et les outils génériques de modélisation.

Mis à jour le 17/04/2015
Publié le 09/10/2014

La phénologie est un bio-indicateur du changement climatique. Dans le passé, l'observation de l'évolution des stades phénologiques (débourrement, floraison, maturation ...) sur différentes espèces a ainsi permis de mesurer l'ampleur du changement climatique. C’est aussi un des principaux caractères-clé de la capacité d'adaptation des espèces à l'augmentation des températures, déjà observable sur la physiologie des plantes. Les modifications observées génèrent des interrogations concernant leurs conséquences à moyen terme, sur la croissance des plantes, sur l'élaboration du rendement et / ou sur la qualité des fruits.

L'étude de l'impact du changement climatique sur la phénologie de ces espèces rencontre des limites méthodologiques : 1) les observations existantes et les bases de données associées sont dispersés et parfois incomplètes ; les analyses multi-sites des interactions génotype-environnement sont de ce fait difficiles ; 2) des protocoles communs pour observer les différents stades phénologiques fond défaut ; 3) des outils de modélisation générique sont nécessaires.

Logo Projet PERPHECLIM. © Inra, Inaki Garcia de Cortazar-Atauri
Logo Projet PERPHECLIM © Inra, Inaki Garcia de Cortazar-Atauri

Dans ce contexte, le projet PERPHECLIM a pour objectif de mettre en place les infrastructures nécessaires (observatoires, bases de données, outils de modélisation) à l'étude des questions d'adaptation concernant la phénologie des espèces pérennes et d’en permettre l’accès aux différents partenaires. Actuellement le projet PERPHECLIM implique 26 unités de l'INRA et une unité du CNRS.

Au cours de la première année du projet, un séminaire de lancement du projet en présence de tous les participants et des partenaires des filières a permis de démarrer plusieurs actions :

  • des ateliers seront organisés pour harmoniser les protocoles d’observation par filière (fruit, vigne, forêt) et entre les filières ;
  • des outils génériques de modélisation de la phénologie seront développés ;
  • le système d’information des données acquises est en cours de définition en cohérence avec des infrastructures INRA et l’Observatoire des Saisons piloté par le CNRS.

PERPHECLIM a aussi l’ambition d'établir des collaborations fortes avec les professionnels de chaque filière afin de permettre un transfert des connaissances plus direct vers le monde professionnel des acquis par la recherche. Ceci permettra de mieux prendre en compte les inquiétudes de ces derniers face aux changements climatiques, et notamment en ce qui concerne les conséquences des modifications attendues de la phénologie sur les productions.

Durée: 4 ans (2012 - 2015)

En savoir plus: http://www6.inra.fr/projet-accaf-perpheclim

Voir aussi: Quand le réchauffement climatique perturbe les saisons du vivant

Poster présenté lors de la conférence Climate Smart Agriculture à Montpellier (Mars 2015) : Poster PERPHECLIM - CSA2015

Contact(s)
Contact(s) scientifique(s) :

Département(s) associé(s) :
Environnement et agronomie, Biologie et amélioration des plantes