• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer
Biodiversité d'une prairie. Prairie naturelle de montagne d’Auvergne. ,Dans la nature, il existe une grande diversité de plantes sauvages. Les prairies permanentes peuvent associer jusqu’à 60 à 70 espèces différentes. Observer les prairies pour comprendre les interactions « plantes - herbivores - micro organismes » du sol dans la perspective d’une meilleure complémentarité entre maintien ou restauration de la qualité du milieu et renforcement de la qualité de l’alimentation des troupeaux dans des territoires ruraux fragilisés.,La prairie apparaît comme un milieu forgé par sa richesse en éléments minéraux disponibles (naturellement ou provenant de la fertilisation) et par le mode d’intervention (pâturage et fauche) des animaux. Ce sont les deux leviers qui peuvent être utilisés pour modifier la composition botanique et les performances, en termes de quantité et de qualité, afin de mieux répondre aux exigences nouvelles.,. © Inra, TOILLON Sylvie

Adaptation et biodiversité

Projet CLIMAGIE - Adaptation des Prairies au Changement climatique : Amélioration Génétique et Intensification Ecologique

CLIMAGIE met en commun les compétences de 5 équipes d’écologistes, d’écophysiologistes, de sélectionneurs et de généticiens pour (i) rationaliser les règles d’assemblage d’espèces et de variétés pour des prairies diverses et résistantes aux contraintes thermiques et hydriques extrêmes, (ii) proposer de nouveaux idéotypes et des schémas de sélections appropriés. La variabilité intra spécifique des caractères pour l’adaptation au changement climatique chez les plantes fourragères est plus grande que prévue.

Mis à jour le 05/11/2014
Publié le 09/10/2014

CLIMAGIE vise à réunir des écologistes, des écophysiologistes, des sélectionneurs et des généticiens pour élaborer des prairies adaptées au changement climatique dans une large gamme d’usage et de régions définies selon un gradient climatique tempéré-méditerranéen. Les règles d’assemblages d’espèces et de variétés seront testées expérimentalement sur quelques expériences de terrain, et modélisées à l’aide de trois types de modèles dynamiques rendant compte de l’action du climat sur la dynamique de la végétation semée. Un partenariat avec les sélectionneurs d’une part et des éleveurs organisés pour gérer la ressource génétique de leurs prairies d’autre part permettra la diffusion et la validation des propositions issues de la recherche.

Cages d’isolement permettant de récolter des graines de populations ayant subi des conditions de sécheresse très sévères.. © Inra, Jean-Louis Durand
Cages d’isolement permettant de récolter des graines de populations ayant subi des conditions de sécheresse très sévères. © Inra, Jean-Louis Durand

Méthode

Une série d’expériences vise à préciser les caractères des plantes qui contribuent à la résistance des prairies en mélange à résister aux températures élevées et à la sécheresse estivale, tant pour l’identification de ces caractères que pour quantifier leur variabilité génétique, leur héritabilité et leur expression dans des idéotypes appropriés. Trois types de modèles (écologiques, morphologique individu centré, structure-fonction) sont mis au point et testés sur des peuplements génétiquement hétérogènes pour construire des outils de simulations capables de tester in silico les dynamiques de prairies complexes sous divers climats. Un processus de sélection variétale de plantes adaptées aux fortes températures et sécheresse estivale est engagé avec différents  partenaires: sélectionneurs privés, association de sélectionneurs, groupe d’éleveurs dans une démarche de sélection participative.

Fait marquant

La variabilité génétique pour la résistance à la sécheresse estivale au sein des espèces fourragères est largement aussi importante qu’entre les espèces. Les premières analyses bioclimatologiques de la réponse de ces prairies indiquent la gamme dans laquelle on doit prospecter pour concevoir les prairies de demain. Enfin, la diversité génétique des prairies leur permet d’évoluer rapidement sous l’influence de conditions climatiques sévères.

Durée: 4 ans (2012 - 2015)

En savoir plus: http://www.inra.fr/climagie

Contact(s)
Contact(s) scientifique(s) :

Département(s) associé(s) :
Environnement et agronomie