Biodiversité d'une  PRAIRIE .  PRAIRIE  naturelle de montagne d’Auvergne. ,Dans la nature, il existe une grande diversité de plantes sauvages. Les prairies permanentes peuvent associer jusqu’à 60 à 70 espèces différentes. Observer les prairies pour comprendre les interactions « plantes - herbivores - micro organismes » du sol dans la perspective d’une meilleure complémentarité entre maintien ou restauration de la qualité du milieu et renforcement de la qualité de l’alimentation des troupeaux dans des territoires ruraux fragilisés.,La  PRAIRIE  apparaît comme un milieu forgé par sa richesse en éléments minéraux disponibles (naturellement ou provenant de la fertilisation) et par le mode d’intervention (pâturage et fauche) des animaux. Ce sont les deux leviers qui peuvent être utilisés pour modifier la composition botanique et les performances, en termes de quantité et de qualité, afin de mieux répondre aux exigences nouvelles., © TOILLON Sylvie

Adaptation et biodiversité

Mis à jour le 10/03/2015
Publié le 01/10/2014

Une meilleure connaissance et une utilisation plus raisonnée de la diversité constituent des voies d'adaptation à long terme à étudier, en particulier chez les plantes pérennes (forêt, vigne…) ou pour les espèces animales (saumons…) dont les cycles longs de développement et d’exploitation sont confrontés à la fois aux évolutions tendancielles du climat et aux évènements extrêmes auxquels ils doivent résister.

Quelles marges d'adaptation au changement climatique la diversité intra et interspécifique permet-elle ?

Une piste d’adaptation consiste à améliorer la résilience des agro- et écosystèmes à l’échelle de la parcelle, de l’exploitation, de la région ou du bassin de production. L’assemblage spatial des individus et des parcelles, à différentes échelles (de l’intra-parcelle au bassin de production ou à la région bioclimatique) constitue une piste encore peu étudiée du point de vue de ses performances. ACCAF a fait émerger des propositions visant à la conception et à l’analyse de stratégies d’adaptation basées sur le maintien ou l’augmentation de la diversité fonctionnelle, à travers les diversités variétales et spécifiques au niveau de l’exploitation ou du bassin de production. Les méthodes associées pour créer ou identifier les variétés ou espèces les plus adaptées à ces stratégies sont aussi à développer, avec de forts enjeux sur les conséquences en termes d’adaptation des filières.

Divers courants de l'écologie s'intéressent aux modifications du climat

Sur le plan plus théorique, divers courants de l’écologie traitent des réponses des écosystèmes aux modifications du climat. Comment concilier l’écologie fonctionnelle, reposant sur l’assemblage de traits fonctionnels au sein des communautés, et les approches de type niches climatiques ? Comment aborder cette question pour différents systèmes pérennes (prairies, vergers et forêts) ? ACCAF ambitionne d'accompagner les collectifs de scientifiques pour mieux conceptualiser les mesures disparates de traits, revisiter le concept de niche climatique au regard de l’écologie fonctionnelle – niche enveloppe climatique à l’échelle population, puis entre espèces gradients de sensibilité à la sécheresse, etc. … – dans l’optique de définir les populations les plus adaptées aux conditions futures.

ACCAF soutient plusieurs programmes pluri-annuels et des actions internationales sur ces thèmes qui permettent d'aborder l'étude des traits fonctionnels à l’échelle de l’individu, mais aussi de la communauté. Qu'il s'agisse d'arbres forestiers (FORADAPT) ou de populations de saumons (SALMOCLIM), l'étude des compromis entre croissance et survie et des approches de modélisation couplant des bases physiologiques, démographiques et génétiques sont développées. La plasticité de la phénologie en fonction du climat est décrite et modélisée chez les plantes pérennes, arbres fruitiers, forestiers ou encore la vigne (PERPHECLIM). La résilience des écosystèmes prairiaux (APICC) ou forestiers (FORADAPT) est étudiée en fonction de la diversité intra- ou interspécifique des traits fonctionnels et génétiques (CLIMAGIE, EVOLTREE, DRAFT). Ces travaux doivent déboucher sur des règles d’assemblage des espèces (ou des génotypes) dans les communautés pour mieux exploiter les ressources génétiques disponibles. 

Projet financés

APICC
Coordinateur: JUSTES Eric
DUPRAZ Christian
Contacts:Eric.Justes@toulouse.inra.fr
dupraz@supagro.inra.fr
CLIMAGIE
Coordinateur: DURAND Jean-Louis
Contact: jean-louis.durand@lusignan.inra.fr
FORADAPT
Coordinateur: DAVI Hendrik
Contact: hendrik.davi@avignon.inra.fr
SALMOCLIM
Coordinateur: PREVOST Etienne
Contact: eprevost@st-pee.inra.fr
PERPHECLIM
Coordinateur: GARCIA DE CORTAZAR-ATAURI Inaki
Contact: igarcia@avignon.inra.fr
 

Actions internationales

DRAFT
Coordinateur : OGEE Jérôme
Contact : Jerome.Ogee@bordeaux.inra.fr
EVOLTREE
Coordinateur : KREMER Antoine
Contact : Antoine.kremer@pierroton.inra.fr
Eranet FORESTERRA
INFORMED
Coordinateur : LEFEVRE François
Contact : francois.lefevre@avignon.inra.fr
GrassLandscape
Coordinateur : SAMPOUX Jean-Paul
Contact : jean-paul.sampoux@lusignan.inra.fr