• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer
Le fonctionnement de la photosynthèse est un excellent indicateur de l'état sain ou stressé d'un végétal. Ici  la mesure est effectuée sur une feuille. L'appareil (Fluorimètre Walz) envoie une lumière de saturation sur les pigments photosynthétiques, et mesure en contrepartie l'énergie ré-émise par fluorescence. Plus celle-ci est importante, moins la feuille est capable d'absorber et d'utiliser l'énergie solaire, ce qui est un signe de stress.. © © INRA, MAITRE Christophe

Adaptation des productions végétales

Projet VACCARM - Evaluation de la VulnérAbilité au Changement ClimAtique de cultuRes de Maïs plus agroécologiques.

Les objectifs de ce projet sont de renouveler l’évaluation multicritère des performances de systèmes de culture agroécologiques en l’adaptant au contexte de changement climatique (intégration du concept de vulnérabilité, prise en compte de la capacité d’adaptation et les processus de décision des agriculteurs) et d’évaluer les performances de systèmes de culture basés sur le maïs et intégrant des pratiques agroécologiques dans un contexte de changement climatique (horizon 2050).

Mis à jour le 17/08/2018
Publié le 17/08/2018

Alors que le maïs est une culture phare du Sud-Ouest de la France, la monoculture de maïs est remise en question pour des raisons environnementales, en particulier dans un contexte de changement climatique (forte pression sur la ressource eau, risques pour la qualité de l'eau et des sols, intercultures longues et risque érosif).  Dans un contexte de changement climatique, l’augmentation du risque de stress thermique ou hydrique semble menacer ses performances économiques sur le long terme. L’adaptation au changement climatique de ces systèmes de culture peut passer par l’introduction (incrémentale ou transformationnelle) de pratiques plus agroécologiques (couverts intermédiaires, diversification des cultures, réduction du travail du sol, mulch, semis sous couvert…)

Nous proposons ici d’analyser les performances de ces diverses options d'adaptation en nous référant au cadre conceptuel de la vulnérabilité au changement climatique (exposition, sensibilité, capacité d’adaptation).

logo VACCARM. © Inra
logo VACCARM © Inra

Nous nous attacherons à proposer un outil d’évaluation intégrée (environnemental, économique, social) de la vulnérabilité. Cet outil articulera les échelles de la parcelle et de l’exploitation et prendra explicitement en compte les processus de décision de l’exploitant agricole, sa perception du changement climatique et des risques et opportunités associés, et ses préférences en termes d’adoption de l’innovation. De plus nous prendrons en compte les propriétés dynamiques des systèmes et leurs tendances d’évolution.

Pour cela, ce projet reposera sur une approche interdisciplinaire (agronomie, économie, modélisation) et la complémentarité de plusieurs méthodes. Des ateliers participatifs avec des acteurs de la production maisicoles, agriculteurs, conseillers, experts seront menés pour coconcevoir des sytèmes maisicoles moins vulnérables au changement climatique, et pour codéfinir les critères d’analyse de la vulnérabilité de ces systèmes. L’analyse de bases de données, les résultats d’expérimentations au champ (développées dans le cadre de ce projet ou menés en collaboration) ou des enquêtes d’exploitations agricoles nous permettront de quantifier et qualifier la vulnérabilité de systèmes maisicoles contrastés. Enfin des simulations informatiques à l’échelle de la parcelle ou de la ferme nous permettront de tester les performances de ces systèmes dans un contexte de changement climatique, à l’horizon 2050.

Ce projet a ainsi pour objectif (i) de concevoir un jeu d'indicateurs permettant de qualifier en dynamique la vulnérabilité au changement climatique et (ii) de tester ce jeu d’indicateurs sur une gamme d’exploitations et de parcelles à l’aide de dispositifs expérimentaux, d’enquêtes d’exploitations et de modèles de simulation.

Contact(s)
Contact(s) scientifique(s) :

Département(s) associé(s) :
Environnement et agronomie
Centre(s) associé(s) :
Occitanie-Toulouse