Le fonctionnement de la photosynthèse est un excellent indicateur de l'état sain ou  STRESS é d'un végétal. Ici  la mesure est effectuée sur une  FEUILLE . L'appareil (Fluorimètre Walz) envoie une lumière de saturation sur les pigments photosynthétiques, et mesure en contrepartie l'énergie ré-émise par fluorescence. Plus celle-ci est importante, moins la  FEUILLE  est capable d'absorber et d'utiliser l'énergie solaire, ce qui est un signe de  STRESS .. © © INRA, MAITRE Christophe

Adaptation des productions végétales

Mis à jour le 09/04/2015
Publié le 01/10/2014

Les productions agricoles végétales sont impactées par le changement climatique au niveau de leur rendement, de leur qualité et de leur localisation. Les recherches visent à comprendre les réponses des plantes à ce changement, à évaluer les impacts sur la production, à proposer des innovations et à explorer des stratégies d’adaptation avec les acteurs des filières.

Dans de nombreuses régions, les cultures sont déjà impactées par le changement climatique. Les agriculteurs font face à une baisse et une variabilité plus forte des rendements céréaliers. Dans les vignobles, les vendanges sont plus précoces et la qualité des vins se modifie… Le changement climatique met donc en jeu à la fois la sécurité alimentaire et l’avenir de filières végétales à forte valeur ajoutée. Les projets du métaprogramme ACCAF construisent de nouvelles connaissances scientifiques pour mieux connaître ces impacts, proposer des solutions techniques pour y faire face et explorer avec les acteurs des filières de nouvelles stratégies d’adaptation.

Mieux connaître l’impact du changement climatique sur les cultures

Mieux connaître l’impact du changement climatique sur les cultures passe d’abord par une compréhension fine des mécanismes génétiques et physiologiques qui expliquent les réponses des plantes aux changements de température (SELFADAPT), aux stress hydriques ou à de nouveaux bioagresseurs. Le raccourcissement de la durée des stades de développement des plantes influe sur la croissance et la composition des fruits et grains (CAQ40), et donc sur les rendements et la qualité. Comment prédire ces impacts au niveau de la plante ? Comment interagissent ces différents  facteurs de stress ? Quels sont les déterminismes génétiques des réponses des plantes à ces stress ?

Cette compréhension permet  la construction de différents modèles pour simuler les effets de scénarios climatiques sur les rendements et la qualité, à différentes échelles spatiales. Les comparaisons entre modèles permettent alors de proposer des estimations plus robustes, notamment pour les principales cultures annuelles (AgMIP France, MACSUR). Ces travaux sont d’une grande utilité pour prévoir l’évolution de la production et des résultats économiques, étudier les déplacements possibles de cultures, ou même les besoins futurs en eau des cultures selon les régions.

Les chercheurs peuvent alors co-construire et évaluer des solutions techniques visant à limiter les impacts négatifs du changement climatique sur les cultures… ou tirer profit d’opportunités qu’il peut offrir : de nouvelles variétés plus résistantes à la sécheresse ou mieux adaptées à la précocité des cultures et aux variabilités climatiques ; de nouvelles pratiques agronomiques ou d’irrigation permettant d’optimiser l’usage de l’eau ; des innovations technologiques jouant sur la qualité des produits, par exemple en corrigeant les excès d’alcool ou les baisses d’acidités dans le vin (LACCAVE). Les travaux de modélisation sont alors associés à des expérimentations en laboratoire ou chez les agriculteurs pour tester ces innovations.

Mais les recherches vont aussi plus loin en explorant les stratégies d’adaptation qui peuvent être développées par les acteurs des filières végétales. Les évaluations d’impacts et les options ouvertes par les innovations génétiques, agronomiques ou technologiques sont alors associées dans des approches plus globales et prospectives, prenant en compte les choix de localisation ou même différentes options politiques : quelles combinaisons d’innovations sont possibles dans les exploitations agricoles et les filières ? Comment peuvent se réorganiser les cultures dans l’espace ? Quelles sont les évolutions possibles ou souhaitables des règlementations, par exemple sur les AOC, pour assurer une gestion durable des cultures ou la localisation de produits de qualité ? Comment prendre en compte les réponses des consommateurs qui peuvent accepter ou non les effets du changement climatique sur la qualité des produits ?

Projets financés

SELFADAPT
Coordinateurs: GAY Laurene
NAVASCUES Miguel
Contacts: Laurene.Gay@supagro.inra.fr
Miguel.Navascues@supagro.inra.fr
LACCAVE
Coordinateurs: TOUZARD Jean-Marc
OLLAT Nathalie
Contacts: touzard@supagro.inra.fr
ollat@bordeaux.inra.fr
CAQ40
Coordinateurs: GAUTIER Hélène
DÜRR Carolyne
Contacts: gautier@avignon.inra.fr
durr@angers.inra.fr

Actions internationales

AGMIP
Coordinateur: DURAND Jean-Louis            
Contact: Jean-louis.durand@lusignan.inra.fr 
MACSUR 1
 Coordinator:BELLOCCHI Gianni
Contact:gianni.bellocchi@clermont.inra.fr

JPI FACCE

http://www.faccejpi.com/

Climate Cafe
Coordinateur : JUSTES Eric
Contact : Eric.Justes@toulouse.inra.fr
SYBRACLIM
Coordinateur : BOUCHEREAU Alain
Contact : alain.bouchereau@univ-rennes1.fr
MODCARBOSTRESS
Coordinateurs : MULLER Bertrand
MARTRE Pierre
Contacts : muller@supagro.inra.fr
pierre.martre@clermont.inra.fr
Eranet Climate Smart Agriculture